22 septembre 2011

Sink or Swim : une expo pour les requins

L'organisation à but non lucratif PangeaSeed présente l'exposition Sink or Swim ce week end à San Francisco.



Après Tokyo en juillet dernier, l'exposition (destinée à devenir itinérante) s'arrête à la gallery Spoke Art de San Francisco. Sink or Swim (nage ou crève en quelque sorte...) propose les oeuvres originales d'une trentaine d'artistes rendant hommage au requin.


PangeaSeed est une organisation à but non lucratif basée à Tokyo qui s'est donnée pour mission d'éduquer et de sensibiliser l'opinion internationale sur le sort des requins. Elle milite de manière créative, utilisant différents médiums artistiques tel graphisme, musique, film ou photo.
 
Les fonds récoltés par cette exposition permettront à PangeaSeed de poursuivre ses campagnes à la fois au Japon et dans le monde entier. Un pourcentage des recettes servira également à des organisations aidant les animaux touchés par le séisme et le tsunami de mars 2011 au Japon.

L'expo se tiendra du 23 au 25 septembre.
Une belle initiative. Bientôt de passage en Europe?

→ plus d'infos sur l'expo Sink or Swim sur pangeaseed.com
→ PangeaSeed sur facebook


Josh Keyes "Scorch I", une des nombreuse pièces exclusive à l'exposition.



21 septembre 2011

Drapeau rouge sur lîle de la Réunion

Il aura fallu 10 jours depuis ce post pour qu'un nouvel accident mortel survienne à l'île de la Réunion près de la plage de Boucan Canot, à St Gilles (côte ouest de l'île).

"L'accident s'est déroulé en milieu d'après-midi alors que la victime âgée de 38 ans, responsable d'une école de surf, se trouvait dans l'eau en compagnie de plusieurs autres surfeurs selon un communiqué de la préfecture" (AFP).

Depuis, les secours se déploient pour retrouver son corps. En vain, la dépouille restant introuvable à l'heure actuelle.

Le lundi soir, le préfet de l'île prenait 2 mesures immédiates :

- Toutes activités nautiques interdites sur toute l'île dans la bande des 300m dès que la flamme rouge est hissée.

- "Prélèvements" (comprendre "abattage") sous 3 jours de requins appartenant aux "espèces dangereuses et non protégées" - requin tigre, bouledogue et mako.

Voilà pour les faits.

On ne va pas revenir sur les conditions météo de la journée de lundi (forte houle accompagné d'un drapeau rouge interdisant la baignade, soit un surf à vos risques et périls), néanmoins on est en droit de s'interroger sur un certain laxisme quand au suivi des consignes... du moins c'est le sentiment qui prédomine de la part des autorités locales, suivie par une partie de l'opinion publique, à l'encontre des surfeurs réunionnais.

Entre confusion, colère, voire amalgame, la polémique continue, les deux parties se rejetant mutuellement la faute. Les surfeurs pour leur part accusent les autorités d'immobilisme quant aux mesures promises mais toujours inexistantes.

En attendant, la Réunion prend doucement le chemin d'un Seychelles-bis avec traque au requin doublée de pose de filets...


Chose intéressante, Pascal Bach et Marc Soria, deux chercheurs écologues marins à l'IRD (Institut de Recherche pour le Développement) avait proposé, à deux reprises en 2007-2008, un programme d'études des requins côtiers de La Réunion... une proposition non retenue.

"Le besoin de connaissances de l'écologie des requins côtiers n'a jamais été envisagé à sa juste mesure depuis plusieurs années" déclarent-ils aujourd'hui dans une interview publiée par ipreunion.com.

Même son de cloche venant du spécialiste français des requins à l'IRD, Bernard Séret, qui constate qu' "actuellement, nous ne disposons pas des éléments scientifiques pour donner des conseils précis aux autorités" et préconise de "fermer la zone de St Gilles aux surfeurs" tant que les données scientifiques nécessaires ne sont pas récoltées. A lire dans cette interview sur www.clicanoo.re publiée aujourd'hui.

L'IRD sera-t-il enfin écouté ?

17 septembre 2011

A la recherche du Requin Blanc de l'Adriatique

En juillet 2005, la Shark Conservation Society a organisé une expédition scientifique de trois semaines, entre l'Italie et la Croatie, sur les traces du Grand Requin Blanc de la mer Adriatique. L'expédition a été conduite par l'anglais Richard Peirce et le sud-africain Craig Ferreira, dirigeant chacun une équipe de quatre volontaires à bord de 2 bateaux différents.

Qu'ont-ils trouvés? A voir dans ce documentaire en français, diffusé sur Arte en 2006 : A la recherche du Grand Requin Blanc.



Part 1/3Part 2/3Part 3/3

L'île de Jabuka n'a donc pas pu concrétiser les espoirs de l'expédition. Elle a même plutôt confirmé l'état alarmant dans laquelle se trouve l'Adriatique, surexploitée et absente de ses grands prédateurs. Les requins bleus, autrefois nombreux, sont menacés, et le documentaire avance le chiffre de 61 observations depuis 1868 dans la Méditerranée pour le grand requin blanc.

Deux autres expéditions de la SCS ont été organisées en Adriatique, en 2006 et 2009, pour évaluer les populations de requins et récolter des datas sur une zone qui pourrait être une nurserie pour requins bleus (voir dans la vidéo ci dessous).


Quant au Grand Requin Blanc... il est toujours porté absent.

→ le site de la Shark Conservation Society : http://www.sharkconsoc.com

15 septembre 2011

Le Grand Requin Blanc, du mythe à la réalité

On vous avait déjà parlé en mai dernier de la sortie prochaine de ce livre, contenant plus d'une centaine de photos du Carcharias Australien par Patrice Héraud sur des textes d'Alexandrine Civart-Racinais.

Vous pouvez encore pré-commander votre exemplaire directement auprès de Patrice Héraud, via son blog (jusqu'au 20 septembre). Celui-ci sera accompagné d'un tirage original d'une de ses photos en format 20x30.

Le Grand Requin Blanc, du mythe à la réalité sortira le 28 septembre en librairie (Prix : 30 euros).

→ le blog de Patrice Héraud
→ l'ouvrage sur le site de Glénat

13 septembre 2011

Shark Alliance: Pétition 2011

Nouvelle campagne pour Shark Alliance et nouvelle pétition !


Celle-ci appelle à RENFORCER LES DISPOSITIONS pour la PROTECTION DES REQUINS dans les eaux Européennes, à savoir :

► Une interdiction totale de l'enlèvement des nageoires de requins (Shark finning) en mer.

► Des limites de captures pour les requins et les raies sur base des avis scientifiques et du principe de précaution.

► Des mesures de protection européennes et nationales pour les espèces menacées de requins et de raies.


La pétition est ici http://sharkalliancepetition.org

Nous vous encourageons à signer cette pétition en ligne
. Elle sera récoltée fin octobre 2011, et envoyée à vos députés européens, qui pourront peser sur les décisions futures en connaissance de cause.

L'Europe interdit déjà le Shark finning... en théorie, car de nombreuses failles subsistent dans les législations actuelles, permettant notamment aux flottes Espagnoles et Portuguaises de contourner ces mesures, de pêcher sans limite de captures et de continuer à pratiquer le Shark finning en mer.

Alors que par le monde la prise de conscience fait son chemin et que des mesures significatives sont engagées depuis le début de l'année (lois anti-finning - Chili - sanctuaires pour les requins - Bahamas, Honduras...) l'Union Européenne est à la traine concernant la protection de ses requins.

L’Espagne, le Portugal, la France et le Royaume-Uni se classent toujours parmi les 20 premiers pays en terme de captures de requins. Les débarquements cumulés de ces quatre pays placent l’UE en seconde position mondiale, derrière l’Indonésie, pour le volume des captures de requins (source: FAO).

→ plus d'infos concernant cette pétition sur le site de Shark Alliance.

Votre opinion peut faire la différence...


Shark Alliance prépare également la prochaine Semaine européenne pour les Requins (European Shark Week) qui aura lieu du 15 au 23 octobre 2011.

Nous en reparlerons très bientôt.


Pour un peu plus de lecture :

→ documents en français sur le Shark finning et sur les requins de l'UE : http://www.sharkalliance.org/publications.asp?language=2

Sharks fins in Europe, un rapport de Sarah Fowler et Bernard Séret (nov 2010) : http://www.sharkalliance.org/content.asp?did=36607

10 septembre 2011

Un nouveau jeune requin blanc au Monterey Bay Aquarium


L'Aquarium de Monterey Bay, près de San Francisco, a recueuilli son nouveau requin blanc le 18 août dernier, près de Malibu (Californie) ; un jeune mâle mesurant 1,40m, pesant 20kg et âgé d'une année environ.

Après 2 semaines d'accoutumance dans un bassin spécial, constatant qu'il était en bonne santé le personnel l'a placé dans l'Open Water exhibit, un énorme bassin d'eau salé sensé reproduire les conditions de haute mer.

Depuis le 31 août, le public peut le voir vaquer à ses occupations en compagnie d'un poisson lune et de 2 requins marteaux... et les internautes peuvent l'apercevoir sur la WebCam HD de l'aquarium de 16h à 04h heure française (7am-7pm PDT Pacific daylight time).

Avant lui, 5 jeunes requins blancs ont fait un séjour dans cet aquarium avant d'être relâchés. Mais on reviendra sur les grands requins blancs gardés en captivité très bientôt.

→ le blog de l'aquarium

photo: MBA

09 septembre 2011

Conditions à risques?

Très récemment encore, deux accidents qui impliquent probablement le grand requin blanc ont été fatals à deux surfeurs.

Le 23 août dernier, Tim Van Heerden, un surfeur Sud Africain de 49 ans a perdu la vie à Lookout Beach, Plettenberg Bay (Afrique du Sud). L'accident à eu lieu le matin, peu après 9h. Mordu deux fois aux jambes, il a pu être ramené sur la plage par l'un des surfeurs présents, mais malgré l'intervention et les soins du NSRI (National Sea Rescue Institute), il ne survivra pas à ses blessures.

L'espèce n'a pas été confirmée, mais selon les témoins il s'agit d'un requin blanc de 2 mètres. Depuis quelques semaines déjà, quelques requins avait été repérés régulièrement sur le littoral. Une présence par ailleurs sans surprise, l'espèce étant coutumière des côtes du Cap occidental.

→ le report (en anglais) sur le site de la NSRI

En mai dernier déjà, au même endroit, deux surfeurs avait été approchés de très près par un grand requin de plus de 4 mètres. La NSRI avait alors reporté l'incident et alerté nageurs et surfeurs, puis confirmé la présence des grands blancs dans la baie.


Le 4 septembre, Kyle James Burden, 21 ans, est happé aux jambes alors qu'il fait du bodyboard à Bunker Bay, près de Cape Naturaliste (Australie occidentale) au sud de Perth. Il est rapidement secouru par 2 de ses amis, mais le jeune homme est grièvement blessé et meurt avant d'être ramené sur la plage.

Les conditions étaient à risques : eau trouble, ciel couvert et pluie fine, une forte activité marine le matin (baleine et banc de dauphins) sans compter une colonie d'otarie présente à 800m. Pourtant il y avait du monde dans l'eau ce jour là, une vingtaine de personnes.

Le type de requin n'a pas été encore identifié, mais les soupçons se portent fortement sur un grand requin blanc. Les autorités Australiennes ont effectué des repérages, à la recherche du squale, mais sans succès.

→ le report de The Australian

La Réunion, Seychelles, Russie... l'été du Requin 2011?


Depuis le début de l'été, une série d'accidents à travers le monde, avidement relayés par les médias, a réactivé la psychose requin... celle-là même qui avait reparue avec les évènements de Sharm-El-Sheikh en Egypte fin 2010.

En France, on n'est pas en reste, on a signalé des requins à St Tropez, Arcachon, Wissant... tout encore surpris qu'on est de voir qu'il y ait des poissons et donc des requins dans les mers.

Dans cette tourbe médiatique, essayons d'y voir plus clair.


île de la Réunion

Le 6 juillet, un bodyboarder de 15 ans est mordu à St Gilles, aux Roches Noires. C'est le troisième accident (dont un mortel) de l'année, sans compter les multiples alertes et signalements. Le 15 juillet, c'est un kayakiste qui subit les assauts d'un squale.

Pourtant l'île de la Réunion est coutumière de la présence de requins; le requin tigre et le requin bouledogue fréquentent régulièrement ses eaux.

Visiblement désemparée face à la situation (et au chiffre d'affaire en baisse), la municipalité de St Paul a temporairement fermé ses plages puis s'est concertée, cherchant explications et solutions dans le but de gérer le "risque" requin.

Un "comité de pilotage" a été mis en place, suivant 3 axes de travail : connaissance du risque, prévention et gestion. Une base de donnée sur les requins réunionnais devra être établie, des panneaux d'information installés, et l'on parle déjà de Shark Shiels collectifs, boucliers magnétiques anti-requins, sur des bouées rattachées par câble...

Affaire à suivre, mais la création d'une infrastructure officielle compétente semble désormais nécessaire et souhaitable.

→ à lire aussi ce billet de Surf-prevention qui analyse la situation.

photo: Le Quotidien... une du 28 mars 2010.


Seychelles

Le 1er août, Nicolas Virolle, un français de 36 ans, subit l'assaut d'un requin à une trentaine de mètres de la plage de Anse Lazio, île de Praslin. Gravement blessé, lacéré au ventre et aux jambes, il est déjà mort quand il est ramené sur la plage.

Malgré les nombreux témoins, les autorités évoquent la possibilité d'un accident avec une l'hélice d'un bateau... (ça ne vous rappelle rien?). Sur les lieux, c'est le blackout médiatique. L'indécision et la confusion persistera quelque jours avant que l'on parle finalement d'un grand requin blanc "de passage".   

Le 16 août c'est un touriste anglais, Ian Redmond, qui perd la vie au même endroit. Dans la foulée, les autorités ont interdit la baignade et toute autre activité nautique sur l’île de Praslin ainsi que sur les îles avoisinantes.

Même si ces accidents ont suscité l'incompréhension au sein de l’archipel (où aucun accident mortel n'avait plus été recensée depuis 1963) doublé d'une forte inquiétude quant au futur (les Seychelles tirent ses principaux revenus économiques du tourisme européen), ça n'a pas empêché aux locaux de rejouer en live Les Dents de la Mer...

Assurément encore sous le choc, le gouvernement, pressé par les hôteliers, n'a pas trouvé mieux que de proposer une récompense de £3,000 à qui ramènerait le "requin tueur". La traque a été engagée par les pêcheurs de l'archipel, qui feront un carnage, avec pas moins d'une quarantaine de prises de squales dont un requin tigre de 3,6m.

Réaction désespérée, disproportionnée et stupide, qui bien évidemment ne résoudra rien.

Le gouvernement a également fait appel à l’expertise du KwaZulu Natal Sharks Board, qui préconise début septembre la mise en place de filets de sécurité autour des plages de Praslin. Une mesure déjà en place depuis plus de quarante ans sur les côtes Sud africaines du Kwazula Natal, et qui est maintenant largement contestée. En effet, de nombreux requins ainsi que tortues, dauphins et diverses espèces marines menacées en font les frais, s'empêtrant et mourant asphyxiés dans ces filets.

Le prix à payer pour faire revenir le touriste?

Pourtant d'autres mesures dites proactives ou non-invasives ont déjà fait leurs preuves, tel le repérage par avion ou une surveillance depuis un point plus élevé, dans le style des Shark Spotters d'Afrique du Sud...   

A l'heure actuelle, l'examen de fragments de dents laissent supposer fortement à l'implication du requin tigre dans ces deux attaques, selon le rapport de Geremy Cliff du Natal Sharks Board. Cependant, ces fragments doivent être encore examinés.


Russie

Courant août, trois accidents ont eu lieu en 10 jours de temps, tous dans la région du Primorié (côte est de Russie, mer du Japon). Une zone touristique assez fréquentée en été, mais inédite pour des incidents avec des requins.

Le 17 août, un homme de 26 ans est gravement blessé aux avant-bras dans la baie Telyakovsky. Le lendemain à une soixantaine de kilomètres, un jeune garçon de 16 ans est mordu à la jambe près de l'île Jeltouchine. On parle d'un requin de 4 mètres, grand blanc ou requin marteau selon les sources, qui restent assez imprécises.


Ce report d'Euronews précise que le requin a été filmé. Mais on reste sans voix quant aux allégations du "spécialiste" russe, affirmant qu'un requin puisse rester dans les environs s'il a "goûté à la chair humaine"... (fantasme russe ou erreur de traduction?).

Certains scientifiques locaux, eux, invoquent les changements climatiques. Ainsi le chercheur Pavel Kaltchouguine déclare que "selon toute vraisemblance, le requin est arrivé jusqu'à nos côtes à la faveur d'un courant chaud, dû à la montée des températures".

Quoi qu'il en soit, les plages de la région sont rapidement interdites à la baignade et des patrouilles maritimes sont lancées. Puis très vite (inspiré par les événements des Seychelles?), la décision est prise de lancer une chasse au "requin tueur".

Le 27 août, un homme de 25 ans est blessé assez légèrement au bras à Slavyanka, dans la même région, tout juste après que les plages aient été réouvertes. Et la traque au "mangeur d'homme" continue...


→ à lire aussi ce billet de Globalvoices sur les attaques en Russie.

photo: RIA novosti


Durant tout l'été d'autres incidents ont été également signalés à travers le monde; deux surfeurs blessés légèrement en Floride en 3 jours, au Costa Rica, en Afrique du Sud, à Tahiti ou un surfeur a échappé de peu à une morsure, en Caroline du Nord...

L'année 2011 va-t-elle marquer une augmentation significative des interactions entre hommes et requins, une "recrudescence des attaques" comme on peut le lire ici et là ? Encore un peu tôt pour tirer ce genre de conclusion, surtout avec une surmédiatisation jouant à plein régime.

Ce dont on est certain en tout cas, c'est de l'augmentation de la pression humaine sur les mers et les océans : un tourisme de masse, avec toujours plus de monde dans l'eau et plus d'activités nautiques donneront logiquement plus de rencontres...

08 septembre 2011

Les ailerons de requins bientôt bannis de Californie?

Tandis que l'internet n'en fini pas de relayer et de débattre sur cette photo (requin blanc ou pas requin blanc?), le sénat Californien lui s'est mis d'accord pour voter favorablement le projet de loi AB-376.

Cette loi, si elle est définitivement adoptée (elle doit encore être approuvée) interdirait donc la possession, la vente ou le commerce d'ailerons de requins dans l'état.

Une bonne nouvelle.

Quant à la photo, elle a été prise le 31 août 2011, à Swamis Beach près d'Encinitas... en Californie.
Et aucun surfeur présent ce jour là n'a vu l'ombre du moindre aileron.

02 septembre 2011

Où et Quand plonger avec les grands requins blancs ?


Après un bon paquet d'heures à vérifier, classer et compiler des piles d'infos et après avoir passé en revue de nombreux sites web, Shark Alley inaugure sa section Shark diving.

Cette page vous propose un tour d'horizon mondial, en forme de petit guide, des spots d'observation et des opérateurs qui proposent une plongée en cage pour observer les grands requins blancs dans leur milieu naturel.

Cette première version sera mise à jour autant que possible. Nous avons tenté d'être complet et exhaustif mais on ne peut pas avoir l'oeil partout. Si vous voulez nous communiquer vos mises à jour ou rectifications, n'hésitez pas à nous laisser commentaires et remarques!

photo : sharkdiver.com